Vers un avenir est incertain

La première session plénière était consacrée aux sujets liés aux changements climatiques.

La première séance plénière du Forum international ÉCOSANTÉ abordé les questions du changement climatique et ses impacts sur la vie humaine à différents niveaux et disciplines, telles que les émissions de gaz à Mexico, les problèmes de paludisme en Afrique et de la vulnérabilité de la santé humaine résultat du réchauffement de la planète et le changement global, avec la participation de trois éminents scientifiques et de chercheurs, animée par le Dr. Jonathan Patz.

La première présentation a été faite par Leonora Rojas de la ville de Mexico. Il a parlé de l’efficacité et de meilleures pratiques dans l’usage de carburants pour éviter des émissions de gaz nocifs, en mentionnant des études sur ce sujet qui ont été faites dans la ville de Mexico, en disant que la solution à ce problème consiste à utiliser des combustibles de haute qualité et un usage efficace.

Mercedes Pascual, de l’institut de Technologie de Massachusetts, a abordé la question du paludisme en Afrique et son lien avec les changements climatiques et le réchauffement de la planète. Il a indiqué que chaque année quelques 110 mille personnes meurent sur ce continent des suites de maladies comme le paludisme. En ce qui concerne la résistance au médicament, Mercedes Pascual a fait savoir que c’est un problème presque aussi grave que le changement climatique lui-même, avec ses corollaires que sont; l’élévation des températures, l’augmentation des précipitations, ce qui pourrait doubler ou tripler les cas de paludisme dans Afrique, notamment dans les zones endémiques comme le Kenya, l’Ouganda, le Rwanda et le Burundi. Ici un nouveau modèle ce contamination caractérisé par la perte préalable de l’immunité qui cède par la suite à l’infection, a prospéré. La conséquence de cette nouvelle donnée épidémiologique est souvent la mort. Marilyn Aparicio, de la Commission nationale des changements climatiques de la Bolivie s’est intéressée à la fonte des glaciers. Elle a dit qu’il y a des glaciers qui sont décongelés raison des températures élevées qui ont fait fondre la neige dans les régions arides et sèches, causant d’autres phénomènes météorologiques tels que le gel et la sécheresse qui sont désastreuses pour l’agriculture et compromettent ainsi la sécurité alimentaire.

Cet article a été publié dans le journal “La Nouvelle Expression”