Les journalistes guinéens à l’école du journalisme scientifique

Après les ateliers de formation de Freetown (Sierra-Léone) et de Monrovia (Libéria), la Fédération Mondiale des Journalistes Scientifiques (FMJS) a ouvert ce lundi 15 février l’atelier de Conakry qui réunit une quinzaine de journalistes.

La Guinée fait partie des pays d’Afrique de l’Ouest durement touchés par la maladie à virus Ebola. C’est donc à juste titre que la FMJS a inscrit ce pays sur sa liste des destinations dans le cadre de son projet de formation conduit avec l’appui du Centre de Recherche pour le Développement international (CRDI).

L’objectif de cet atelier est de susciter chez les journalistes une meilleure compréhension des questions liées à la santé et plus largement celles touchant aux questions scientifiques. Durant cinq jours, les journalistes issus des radios communautaires vont se former, s’informer et échanger sur les mécanismes et bonnes pratiques visant à améliorer la communication scientifique en période de crise sanitaire. Une initiative qui trouve tout son sens dans le contexte guinéen et qui a été salué par Martin Fayé représentant de la Fondation Hirondelle dans le pays et partenaire de l’atelier de formation pour la Guinée.

M. Fayé a invité les participants à être assidus lors des cours et exercices, car ceux-ci pourront les aider à améliorer leurs productions et à mieux comprendre le journalisme scientifique. Il a indiqué à titre personnel que la Fondation Hirondelle Guinée entend profiter de cet atelier de formation pour renforcer son unité de formation et de production sur les questions de santé et de journalisme scientifique. Comme Martin Fayé, les journalistes présents n’ont pas hésité à exposer également leurs attentes. En effet, nombreux sont ceux qui espèrent renforcer leurs capacités en vue d’être utiles à leurs communautés. Les attentes sont relatives à la bonne rédaction des scripts, à la structuration d’un magazine de santé, à une meilleure rédaction des contenus scientifiques sans oublier la préparation des émissions à porter sociale et sanitaire.

La première journée de formation a permis Anouk Beauvais, la chargée du programme de la formation, de présenter la FMJS et les objectifs de l’atelier. Elle a profité de sa prise de parole pour procéder à un bref rappel de l’historique du projet de formation depuis l’étape d’Abidjan. Le formateur principal, Kahofi Suy, venu de la Côte d’Ivoire a rappelé les différents modules qui meubleront la formation. M. Suy a souligné que l’atelier sera un mix entre des présentations théoriques et des exercices pratiques en studio.

D’ailleurs, cette première journée de formation a permis de constater chez les participants un réel engouement. La présentation de Dr Mamadou Saliou Sow sur les maladies infectieuses, Ebola et les urgences de santé publique ainsi que le brainstorming sur les difficultés sur la couverture de l’épidémie d’Ebola ont suscité chez les participants un grand intérêt.

Article par Kahofi Suy
Guinée, le 15 février 2016